Le Basketball, Rival Du Football ?

basket2

Naissance du Basket Ball

Né aux États-Unis en 1891 grâce à l’imagination du Pasteur James Naismith (d’origine canadienne), le basketball fait rapidement son apparition dans la presse. Le premier article sur le basketball est apparu dans le journal de l’université de Springfield (c’est également là que le jeu a été inventé). Intitulé « A New Game » (Un nouveau jeu), l’article décrit les règles de ce sport que l’on pratique uniquement avec les mains (contrairement au football où les pieds sont sollicités).

Dès le début des années 1900n plus particulièrement lors des J.O de 1904, le Basketball prend sa place au sein des médias. Tous les grands journaux américains (New York Times, Chicago Tribune, Washington Post…) couvrent désormais ce jeu durant lequel 10 hommes tentent de mettre la main au panier de l’autre équipe. Et comme le Football, le Basketball est largement traité dans les magazines spécialisés. Plusieurs pages dans chaque édition, portrait des joueurs, reportages sur les équipes…

Contrairement aux Etats-Unis où le Basketball est quasiment aussi présent que le football (américain évidemment), en Europe, le Football éclipse toujours le Basketball. Même si le Basketball est très présent dans la presse, notamment dans la presse écrite. Le Football reste le sport phare.

Tony Parker

Certains joueurs font toutefois une belle promotion du Basketball et en renforce la popularité. C’est le cas notamment de Tony Parker, le « petit » Français. Signe que le basketball est bien plus important aux Etats-Unis, T.P. (Tony Parker) a dû s’exiler aux « States » pour pratiquer professionnellement sa passion. L’avenir (tout comme les revenus) d’un joueur de basketball pro est évidemment plus brillant aux Etats-Unis. C’est pourquoi Tony Parker joue pour les San Antonio Spurs. Néanmoins, T.P. a réussit à booster la célébrité du basketball en France.

Il reste toutefois un bémol quant à la médiatisation du basketball. Le basketball féminin est loin d’être aussi bien médiatisé que le basketball masculin. Sans parler des revenus et des sponsors des équipes féminines, qui sont eux-aussi bien moindre. Une T.P. au féminin fera peut-être un jour renverser la vapeur !