Mont Hua Shan en Chine : la randonnée la plus dangereuse du monde

5/5 - (4 votes)

Mont Hua Shan en Chine

 

À une centaine de kilomètres de Xian se trouve l’une des cinq montagnes sacrées de Chine, la plus escarpée de toutes : le mont Hua Shan. Devenu haut lieu des randonneurs de l’extrême dans le monde.

Peu fréquenté par les touristes, le site est très apprécié des Chinois qui viennent ici en pèlerinage, la tradition taoïste promettant l’immortalité au sommet. Ces derniers choisissent bien souvent de partir la nuit venue, à la lumière des lanternes, pour arriver au sommet pour le lever du soleil. Au pied de la montagne, commerces, hôtels et restaurants témoignent de cette activité permanente, même si la fréquentation n’a rien à voir, mais vraiment rien à voir, avec celle du site de l’armée de terre cuite dans la même région de X’i’an (l’Armée ensevelie de l’empereur Qin). Vous voilà rassuré sur le côté authentique de l’affaire, bien documenté dans les livres sur la chine depuis des siècles.

Un téléphérique a été construit pour les moins sportifs des visiteurs, mais la randonnée qui mène au premier sommet vous permettra de vous imprégner de somptueux paysages. Pics de granites escarpés, nuages qui font la course, sentiment de solitude… Il ne s’agit que de sept kilomètres ! Pour en profiter au mieux, contrairement aux habitudes chinoises, partez en journée. Comptez au moins 4 heures pour arriver au premier sommet, prenez le temps de faire une grosse pause pour admirer la vue et lancez-vous sur le sentier qui rallie les autres sommets.

S’il y a beaucoup de vent (ou pire de la neige), le trajet peut vraiment devenir risqué. Cela peut arriver que certaines portions soient fermées par les autorités chinoises (en 2010, 200 touristes ont été piégés par 3000 mètres cubes de roche et de terre en mode glissement de terrain). Mais en temps normal, il vous suffira d’une heure pour rallier le pic sud d’où on a la plus belle vue ! Comptez la même pour accéder au refuge du pic est (100 yuan la nuit). Entre les deux, les plus courageux ne manqueront pas la section surnommée « la passerelle en plein ciel » par les habitants.

la passerelle en plein ciel
Copyright © From – l’album Flickr de Ben Beiske

Ici, l’aventure est physique et dangereuse, car l’itinéraire prend des allures de Via Ferrata à la chinoise. Facile à repérer sur les cartes vendues pour quelques yuan, il s’agit du seul cul de sac du coin, micro impasse qui offre une vue sensationnelle avant de mener à un petit sanctuaire. Le long des falaises, des passerelles de bois ont été fixées de manière plutôt aléatoire, et une chaine de fer permet de ne pas tomber dans le vide au moindre faux pas. De quoi en traumatiser plus d’un ! Heureusement, depuis 2005, ceux qui s’y aventurent sont obligés de revêtir un baudrier de sécurité (à louer sur place pour 30 yuan environ).

Choisir ensuite de passer la nuit en refuge vous permettra d’assister à un beau lever du soleil avant de redescendre en téléphérique (accessible depuis le pic nord). Il est même possible de passer la nuit en plein air, si les températures sont clémentes et si vous avez pensé à prendre de quoi vous emmitoufler !

Conseils pratiques

Orientation

Dans la province du Shaanxi, à 120 km à l’est de la capitale Xi’an. Bus direct depuis Xi’an (2/3 h de trajet, 22 yuan) ou train pour Huayin puis taxi.

Equipement

Vêtements chauds et gants. Sac de couchage si vous voulez passer la nuit là-haut (conseillé). De quoi boire et manger (là haut, les prix sont x 2).

Budget

10 euros (100 yuan) l’entrée. 80 yuan pour le retour en téléphérique.

Autres

Possibilité de passer par un tour, les agences et hôtels de Xi’an le proposent.