Première journée du Tournoi des Six Nations

Le tournoi des six nations a commencé avec la lourde défaite de l’Italie.

En plus de ses problèmes récurrents (manque de profondeur du banc, absence dune charnière viable, arrières aussi inspirés qu’une tanche devant du Picasso), les Italiens se sont coltinés ce pauvre Mauro Bergamasco, excellent troisième ligne, aligné à la mêlée. Aucune passe productive, aucune animation offensive: être 9, ça ne s’apprend pas en une semaine. Par respect pour lui, ils ont fait durer son calvaire jusquà la mi-temps. Pourtant, à la reprise, Toniolatti a semblé relativement au niveau et aurait pu être aligné au côté de MacLean, une charnière qui me semble plus intéressante et permettrait de remettre Mauro là où il excelle. Bref, tout ça pour dire que les Italiens se sont un peu battus tous seuls.

Parce qu’en face, ça na pas été brillant. Les Anglais se sont contentés de profiter de toutes les erreurs adverses, sans jamais rien proposer. Certes, ça na rien de neuf, mais c’est dommage, d’autant que la feuille de match, malgré les blessures, était alléchante. Je ne comprends pas trop non plus pourquoi Worsley était sur le banc, son entrée a été intéressante. Dans l’équipe à la Rose, les arrières m’ont aussi parus un peu légers (très mauvais match de Sackey), sauf peut-être Flutey. En tout cas, ça ne présage rien de bon pour leur déplacement à Cardiff. A noter l’arbitrage assez incohérent à mon sens, d’un arbitre du Sud qui appliquait la fameuse quinzième règle, ce qui a encore davantage déstabilisé les Italiens.

Match France-Irlande

irlandeAprès ce match lénifiant et répétitif, on eut droit à du très beau rugby (jusqu’à six minutes sans arrêt de jeu), et à son lot de fautes de mains, de ballons au sol pourris par les Munstermen. Quoi quil en soit, les intentions françaises n’ont pas suffi, et nous avons perdu le match d’abord devant, et les Irlandais ont de nouveau proposé un rugby alléchant, quon ne leur connaissait plus, avec ODriscoll et DArcy de retour, et surtout, Rob Kearney, le successeur de Dempsey et Murphy, qui na pas de souci à se faire pour sa place, à mon avis: parfait sur les ballons, très bon dans l’animation offensive (peut-être un peu perso, mais cest un mal commun des arrières irlandais). Je suis donc un peu rassuré sur la capacité de l’Irlande à renouveler la génération dorée championne du monde des -21 en 99.

Pour la France, je pense que tout est dit. A mon sens, tout est réuni pour que cette équipe soit au moins la meilleure d’Europe… sur le papier. J’aurais juste gardé Jean-Ba Elissalde, pour assurer la continuité, mais bon, la charnière ma paru correcte. C’est le manque d’engagement dans le combat qui est à pointer dans la défaite à Croke Park.

match Pays de Galles-Ecosse

Enfin, le match que j’attendais (je suis un supporter “invertébré” du Pays de Galles). On annonçait des Ecossais plein d’intentions, sur le retour après avoir accroché les Boks, et avoir flingué des Frenchies (Toulouse notamment) en HCup. Sauf que le sélectionneur sest appuyé sur une équipe composée essentiellement de joueurs d’Edimbourgh qui nont battu “que” Castres, qu’il s’obstine à mettre Cussiter et Paterson sur le banc, et Webster, d’une totale inutilité comme d’habitude, titulaire à l’aile. Le seul point positif que j’ai relevé, c’est l’ouvreur Godman, très bon balle en main et dont les choix de jeu nont pas été mauvais, bien que déficient au pied (contrairement à Parks, mais lui, c’est tout ce qu’il sait faire)… toujours pas de successeur au grand Gregor Townsend, donc. Pour le collectif, les Scots furent brouillons partout, en attaque (ça fini par payer) comme en défense, désorganisés en permanence: pas grand chose de neuf, donc, et je ne vois pas comment ils pourraient espérer quoi que ce soit cette année, comme les Italiens.

Et mes petits Gallois, alors ? J’attendais avec anxiété de voir ce que valait les petits nouveaux Halfpenny à l’aile et Powell et Jones en troisième ligne. Deux merveilles: un Shane Williams bis, et un troisième ligne centre dans la lignée des mythiques Michael Owen et Ryan Jones. En revanche Dafyd Jones a été le seul joueur transparent, jai hâte de revoir Popham à son poste. Kenny Roberts au centre a été monstrueux et Henson a du souci à se faire. En revanche, je ne suis toujours pas convaincu par Philips dans la durée, je préfère l’élégance de Peel, et j’espère le retour rapide de Hook, même si Stephen Jones a livré une partie correcte. Collectivement, ce fut brillant, quoique cela a péché un peu dans la finition : il y aurait pu avoir davantage d’essais.