natation : la carrière de Popov

On est en 1980, Alexandre Popov débute la natation (il a 8 ans) en faisant de la rééducation, et il a peur de l’eau, les titres olympiques sont encore loin! En effet, le petit Alexandre Vladimirovich est tombé d’un arbre en voulant atteindre la Lune comme son idole Iouri Gagarine. “J’étais un peu fou” dira-t-il plus tard de cette chute.

D’abord spécialiste de dos, il est vite repéré par Gennadi Touretski qui décide de le mettre au crawl. Celui-ci devient son entraîneur, le technicien russe et lui ne se quitteront plus jusqu’à la fin de sa carrière, formant un tandem stable et ô combien performant.

Il débute sa carrière internationale aux championnats d’Europe de Sheffield en 1991 à 19 ans où il reporte les titres du 50m et du 100m nage libre en égalant le record d’Europe de cette distance. Déjà sa technique est remarquable de fluidité; les bases sont posées, ne reste plus qu’à les perfectionner et à gagner des courses. Ces deux courses, le 50m et le 100m nage libre seront celles de tous ses titres.

L’année suivante aux JO de Barcelone, les médailles d’or semblent promises au tenant du titre du 50m et du 100m de Séoul, recordman du monde du 100m, l’américain Matt Biondi. Mais Popov fait sa course, se concentre sur sa nage et gagne en 49″02. Biondi passe à côté et finit 5ème. Le podium est complété par le brésilien Borges et Caron. Au 50m encore, le résultat est sans appel, Popov est 1er, 2 dixièmes devant Biondi (tenant du titre) et Jager (recordman du monde). L’ère Popov a commencé. De 1991 à 1999 il ne connaîtra aucune défaite sur 100m!

Il gagnera aussi deux médailles d’argent avec l’équipe de la CEI, sur 4x100m nage libre et 4x100m 4 nages derrière…les Etats-Unis.

En 1994, il devient double champion du monde, toujours sur 50m et 100m nage libre. Il s’adjuge cette même année le record du monde de la distance dans la piscine de Monaco, pourtant réputée peu rapide. Ce record (48″21) tiendra jusqu’aux JO de Sydney.

L’année 1996 et les JO d’Atlanta marquent certainement le passage le plus important de sa carrière. Il s’agit de battre les Américains, et chez eux de surcroît. Toute l’Amérique a les yeux tournés vers l’arrogant Gary Hall Jr, fils de son père, Gary Hall Sr, ancien médaillé olympique du temps de Mark Spitz.

Finale du 100m. Les nageurs entrent dans la piscine en bloc coffrant. Popov est à la ligne 4, Gary Hall Jr à la 5. On retrouve aussi pas moins de quatre représentants de l’Amérique du Sud et Centrale dont les Brésiliens Borges et Scherer. Le présentateur présente les nageurs, égrène les titres de Popov. A côté de lui Gary Hall montre ses muscles, s’agite beaucoup, mime un boxeur, fier comme un coq. La foule cocardière exulte, gargarisée de son propre nationalisme. Popov se tourne vers lui, le foudroie du regard, Gary Hall ne le sait pas encore mais il a déjà perdu. Le temps est lourd, la tension est palpable dans le Georgia Dome d’Atlanta.

La course démarre, Popov et Hall sont au coude à coude durant presque toute la première longueur. Hall se détache un peu juste avant le virage et vire en tête. L’Amérique acclame ce qu’elle croît être son futur champion. A 60m Hall et Popov sont sur la même ligne, Borges légèrement en retrait. Mais Popov met le turbo, bat des jambes, reste en ligne, relâché, ne se désunit pas alors qu’à ce moment de la course l’oxygène manque, les muscles se durcissent, le corps commence à commander, à demander la fin de l’effort. Popov accélère mais Gary Hall ne lâche rien. L’arrivée se joue à la touche, Popov s’impose en 48″74, Hall échoue pour 7 centièmes. Borges est 3ème. A la quatrième place on retrouve un certain Pieter Van den Hoogenband, alors âgé de 18 ans.

Comme si c’était déjà écrit, Popov s’imposera quelques jours après dans le 50m devant Hall et Scherer. Il devient le troisième après Duke Kahanamoku en 1916 et 1920 et Johnny Weissmuller en 1924 et 1928 à conserver ses titres sur 50m et 100m pendant deux olympiades. Presque de manière anecdotique, il remporte à nouveaux les deux médailles d’argent des relais 4x100Nl et 4x1004N avec l’URSS. 1996 et à 24 ans “Sacha” Popov est déjà entré dans l’histoire de la natation et de l’olympisme.

Mais quelques mois après cette victoire, sa carrière et sa vie basculent, Popov est blessé au couteau à l’abdomen dans les rues de Moscou par un vendeur de pastèque en tentant de protéger un ami. Les reins et un poumon sont touchés. A 26 ans on pense que sa carrière est finie. Mais six mois après il est de retour à l’entraînement. D’abord doucement puis de manière plus sérieuse. Il s’aligne aux championnats d’Europe de Séville et conserve ses titres! Il ne s’avouera néanmoins pas satisfaits par ses temps et sa technique.

Aux championnats du monde de Perth en 1998, il conserve son titre sur 100m mais perd au 50m contre un quasi-inconnu, Bill Pilzuk. Insatisfaction encore.